Trompe de chasse - chevaux - vénerie - chasse
 
AccueilPORTAILFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La Villa de P. Viardot et la datcha d'Y. Tourgueniev

Aller en bas 
AuteurMessage
Robert Hautlecoeur 2

avatar

Taureau Singe
Nombre de messages : 66
Age : 74
Localisation : 75015
Date d'inscription : 06/10/2017

MessageSujet: La Villa de P. Viardot et la datcha d'Y. Tourgueniev   Mar 18 Sep 2018, 20:10

La Villa néo-palladienne de Pauline Viardot et le chalet datcha d’Yvan Tourguéniev

https://www.youtube.com/watch?v=GzqsA8RIiVM

Pauline Viardot (sœur de la Malibran)* était la plus grande cantatrice lyrique de son époque… ; elle était aussi compositrice, pianiste et organiste. Elle était l’amie des plus grands esprits et artistes, dont Yvan Tourguéniev, qui résidait à ses cotés à Paris, Baden-Baden et Bougival (où il s’installa en 1874).
Quarante années d’amour, d’amitié et de collaboration artistique ont uni le grand écrivain russe à la diva française.

https://www.youtube.com/watch?v=WQOAbNH3NnI
https://www.youtube.com/watch?v=9lsBIIiX47E

Pauline Viardot s’y installa, avec sa famille, en 1875. Ivan Tourguéniev, très attaché à la cantatrice, fit construire un chalet « datcha » à côté de sa villa (construite en 1830). L’ensemble constitue le « Domaine des Frênes » où ces deux artistes ont reçu toute l’élite du monde artistique et intellectuel de l’époque. Rossini, Chopin, George Sand, Brahms, Delacroix, Saint-Saëns, Flaubert, Massenet, Gounod, James, Maupassant, Zola, Fauré furent leurs amis proches… En 1937, Gaby Morlay loua la villa.

https://www.youtube.com/watch?v=Oxh1n-mSgxU
https://www.youtube.com/watch?v=YKrZ9I-MJ3o

Nota :


L'oubliée du XIXe siècle : Pauline Viardot

* https://www.youtube.com/watch?v=eperaBhuOVM

A Bougival, la villa Viardot sauvée par le Loto du patrimoine


http://www.lepoint.fr/video/a-bougival-la-villa-viardot-sauvee-par-le-loto-du-patrimoine-13-09-2018-2251054_738.php

Ivan Tourguéniev

Tourguéniev recrée la Russie à Bougival.
Ce qu’on appelle sa "datcha" (et qu’il nomme son "chalet") est plutôt, de l’extérieur, d’inspiration suisse. Mais lui, il est la Russie.
Il porte la neige sur ses cheveux et sur sa barbe. Ses racines littéraires sont celles des écrivains qu’il a rencontrés ou qui sont ses amis : Tolstoï, Gogol, Pouchkine, Biélinsky, Chtchédrine, Lermontov… - et dont il est en France un ardent promoteur [1].
Sa famille est de la vieille noblesse russe : sa mère possède dix villages et environ cinq mille "âmes" à 300 kilomètres de Moscou. Ivan Serguéïévitch en hérite en 1850, ce qui ne l’empêchera pas d’être, en particulier avec ses Mémoires d’un chasseur* qui l’envoient dans les geôles du tsar en 1852, un artisan de l’abolition du servage en 1861.
C’est que, s’il apprend la chasse avec son père, l’histoire, les langues, les sciences et la poésie avec ses précepteurs… il découvre aussi l’autorité, la brutalité et l’injustice avec sa mère.
En 1822, il effectue un premier séjour en France. À partir de 1843, lorsqu’il ne se trouve pas en Russie, il est à Paris ou dans le château des Viardot à Courtavenel-en-Brie, ou quelque part ailleurs, mais jamais très loin de sa cantatrice.
 En effet, en 1843 à Saint-Pétersbourg, il entend chanter Pauline Viardot, sœur de la célèbre Malibran décédée à 28 ans en 1836. Pauline a vingt et un ans de moins que son mari (directeur de l’opéra italien à Paris) et trois de moins que Tourguéniev, qui a le coup de foudre. Pour la suivre pendant quarante ans à Paris et à travers l’Europe, il quitte en 1845 son emploi de fonctionnaire.
 En 1847-48, il vit en France, en particulier 1 rue Tronchet à Paris.
 En 1853, c’est Pauline qui chante à Moscou, et Tourguéniev, alors en liberté surveillée dans la maison maternelle de Spasskoïé, échappe à la surveillance de la police du tsar pour aller l’entendre.
 De retour à Paris, il s’installe en 1856 206 rue de Rivoli. Un de ses voisins est alors Tolstoï, qui est logé dans une pension de famille, au 210. Puis Tourguéniev emménage 11 rue de l’Arcade.
 En 1861, il découvre les environs de Bougival à l’occasion d’un séjour au "Vert-Bois", à la limite de Rueil et de Bougival, chez un autre Tourguéniev, exilé politique.
 En 1862, Pauline Viardot se retire de la scène et s’installe à Baden-Baden. Tourguéniev s’y fait construire une belle villa quelques mois plus tard.
 De 1871 à sa mort en 1883, il occupe le second étage de l’hôtel des Viardot, 48 (aujourd’hui 50 bis) rue de Douai. Il a fait aménager un conduit entre son bureau et le salon de musique de Pauline, pour l’entendre répéter ou travailler avec ses élèves pendant qu’il lit et qu’il écrit.
Les années 70 sont celles de l’amitié avec Flaubert, Maupassant, Zola, Daudet et quelques autres.
 En 1873 et 74, Tourguéniev passe l’été à « La Garenne », demeure qu’il loue avec les Viardot près de l’église de Bougival (10 rue de la Croix-aux-Vents).
 Tourguéniev achète en 1874 le domaine des Frênes à Bougival, qui comprend alors une belle demeure de style italien, la villa Palladienne, construite en 1830 pour le parfumeur Bourbonné. L’écrivain fait construire un peu plus haut, dans le parc, un chalet qui sera son habitation, alors que la demeure principale est celle des Viardot. De 1875 à 1883, il vit neuf mois sur douze entre Bougival et l’hôtel de la rue de Douai, et l’été à Spasskoïé.
Il est alors au sommet de sa gloire, tant en Russie qu’en France. À Bougival, il écrit Terres vierges et Poèmes en prose.
C’est là qu’il meurt en 1883.

- Les élèves de l’Ecole Boulle ont eu en charge de reconstituer, d’après une gravure, la chambre où Tourguéniev s’éteignit en 1883.
* Dans ce livre il raconte ses chasses au lièvre aux chiens courants, dont un passage est retranscrit p. 234-235 de mon livre « A cors et écrits ».

Le parc forestier de la Jonchère

Cet espace boisé, situé sous la Résidence Elysée 2, est constitué pour partie de l’ancienne propriété des Viardot, amis de l’écrivain russe Ivan Tourgueniev ainsi que de la Datcha de ce dernier dont La Celle Saint-Cloud est propriétaire. Situé en surplomb de la Seine, le parc forestier de la Jonchère offre des vues sur le méandre de la Seine.

https://www.youtube.com/watch?v=VRW669x8TAA
ILLUSTRATIONS




La Villa néo-palladienne de Pauline Viardot



Pauline Viardot dans "Orphée" (en 1860)



Pauline Viardot



Le chalet-Datcha d'Ivan Tourgueniev



Tourgueniev jeune par Pauline Viardot



Photo d'Ivan Tourgueniev (Carte postale)



Le piano d'Ivan Tourgueniev



La chambre à coucher d'Yvan Tourgueniev



Vue sur la villa Viardot depuis le balcon de la chambre à coucher d'Y. Tourguéniev



Ecrits sur la chasse d'Y. Touguéniev



Chasse du lièvre aux chiens courant en Russie (très ancienne carte postale)



En sortant de la propriété d'Yvan Tourgueniev...



Le bois de la Jonchère




Revenir en haut Aller en bas
 
La Villa de P. Viardot et la datcha d'Y. Tourgueniev
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ma villa Mon désir
» [Maison] Villa VH par Beel & Achtergael
» Villa Thuret d'Antibes
» [Maison] Villa in the Woods par Zecc
» [exposition] La villa de Mademoiselle B.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum de l'A.V.A.N.T. :: LES ARTS :: Musées, Châteaux & autres lieux célèbres-
Sauter vers: