Trompe de chasse - chevaux - vénerie - chasse
 
AccueilPORTAILFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Opéra, quand tu nous tiens

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
LPB
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin
Capricorne Tigre
Nombre de messages : 5479
Age : 54
Localisation : Région Centre
Date d'inscription : 26/05/2009

MessageSujet: Re: Opéra, quand tu nous tiens   Mer 31 Aoû 2011, 17:45

Pour ma part, je préfère le sucre à l'aspartam Wink alors des friandises de ce genre heureux



_________________
la ptite bête
Revenir en haut Aller en bas
Anne-B
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1166
Date d'inscription : 21/02/2011

MessageSujet: Re: Opéra, quand tu nous tiens   Mer 31 Aoû 2011, 17:47

Euh… moi aussi, je dois dire ! Embarassed Embarassed Embarassed Wink
Revenir en haut Aller en bas
Le Vittorio
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin
Bélier Cochon
Nombre de messages : 4411
Age : 58
Localisation : Nord 41...
Date d'inscription : 28/07/2006

MessageSujet: Re: Opéra, quand tu nous tiens   Sam 03 Sep 2011, 12:56

Cela me ramène quelques années en arrière... Au contact de Noella Pontois, Rudolf Noureiev, Parick Dupond très jeune...

_________________
Le Vittorio
...Passionné avant tout!
Revenir en haut Aller en bas
http://www.leforumdelavant.net
Plume
Administrateur
Administrateur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1700
Localisation : centre
Date d'inscription : 18/01/2009

MessageSujet: Re: Opéra, quand tu nous tiens   Sam 03 Sep 2011, 15:52

Petit bonheur à l'évocation de ces noms!
Revenir en haut Aller en bas
Anne-B
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1166
Date d'inscription : 21/02/2011

MessageSujet: Re: Opéra, quand tu nous tiens   Sam 03 Sep 2011, 18:47

Le Vittorio a écrit:
Au contact de Noella Pontois, Rudolf Noureiev, Parick Dupond très jeune

Racontez-nous, Vittorio ! stp
Revenir en haut Aller en bas
Anne-B
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1166
Date d'inscription : 21/02/2011

MessageSujet: Re: Opéra, quand tu nous tiens   Jeu 08 Sep 2011, 19:31

Hier, nous sommes allées chercher, près de l'Opéra, les premières pointes de Jeanne.
Elle attendait ce jour depuis cinq ans – et, quand elle monte en amazone les épaules en avant, déclare : "C'est à cause de ma prof de danse."
Bref. Je subodore que face aux remarques de cette dernière elle doit se justifier d'un : "C'est à cause de ma prof d'équitation." Rolling Eyes




J'en profite pour vous offrir ce ballet :

Revenir en haut Aller en bas
Quatrelys

avatar

Masculin
Lion Rat
Nombre de messages : 1138
Age : 69
Localisation : France ouest
Date d'inscription : 21/05/2009

MessageSujet: Re: Opéra, quand tu nous tiens   Ven 09 Sep 2011, 00:13

sunny Mes premières pointes, je m'en souviens comme si c'était hier. Elles étaient en cuir de couleur bleu ciel avec trois bandes tricolores de chaque côté Very Happy ; vous l'avez compris elles n'étaient point destinées au même usage. Wink

Nombreuses sont les petites jeunes filles pratiquant danse et équitation ; cela ne va pas sans poser quelques problèmes aux enseignants respectifs. En effet, je l'ai souvent constaté (dans une autre vie), les danseuses sont souvent, je ne dis pas toujours, exagérément cambrées, le bas du dos en pupitre, ce qui nuit à la flexibilité dorso-lombaire indispensable à la pratique de l'équitation.

Merci Anne pour votre offrande, Coppelia fut le premier ballet auquel j'ai assisté il y a scratch – vous veniez juste de naître, vieux Smile souvenir inoubliable…

Êtes-vous l'heureuse propriétaire de ce tableau, un Degas intitulé Ballerine au chat, il me semble ?

jocolor


Dernière édition par Quatrelys le Ven 09 Sep 2011, 00:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Anne-B
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1166
Date d'inscription : 21/02/2011

MessageSujet: Re: Opéra, quand tu nous tiens   Ven 09 Sep 2011, 00:16

Citation :
êtes-vous l'heureuse propriétaire de ce tableau, un Degas intitulé Ballerine au chat, il me semble?

Pas exactement, je suis la personne qui se trouve être au service de la ballerine et du chat !
Revenir en haut Aller en bas
Anne-B
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1166
Date d'inscription : 21/02/2011

MessageSujet: Re: Opéra, quand tu nous tiens   Ven 09 Sep 2011, 19:33

Il y a longtemps que j'avais envie de vous faire connaître Geneviève de Brabant de Jacques Offenbach, oeuvre que j'ai toujours trouvée hilarante. Malheureusement, le lien que je publie ici ne vous permettra que d'en écouter des extraits ; le téléchargement intégral coûtant 11,99€ (je n'ai pas d'actions chez Qobuz, c'est juste une information !). Je vous recommande tout particulièrement le n°11 du disque 2, "quatuor de la chasse", et bien sûr les fabuleux couplets de la poule (disque 1, n° 6).

http://www.qobuz.com/telechargement-album-mp3/Jacques-Offenbach-Genevieve-de-Brabant/Classique-Opera-integrale/Interpretes-divers-Musique-Romantique/INA-Memoire-vive/default/fiche_produit/id_produit-3329184688024.html


"Le Moyen-Âge revu et corrigé par Offenbach. Cour grotesque et flatulente où l’on attrape des indigestions d’un pâté aux effets prétendus magiques et bien évidemment mensongers ― mollement compensés par un thé purgatif ― qui aurait dû parer aux faiblesses du duc Sifroy (duc de Curaçao). Margrave, entouré d’un conseiller maléfique Golo (type de l'homme politique moderne, amoral, doté d’une ambition forcenée qui ne recule devant rien, même devant le meurtre !), du bourgmestre Van der Prout ― qui, comme un des conseillers avisés du Prince Fridolin du Roi carotte, ménage astucieusement la chèvre et le chou (le Jack Lang de l’époque !) ―, et de Narcisse, poète de pacotille.
L’air d’entrée de Charles Martel campe un personnage haut en couleur. Ce Boléro trépidant est une page de caricature musicale hilarante... on comprend enfin l’utilité de l’arme des Pépins, lorsqu’elle accueille une bassine d’eau « filtrée », jetée du haut de sa fenêtre par le duc irrité, indisposé par les suites malheureuses de son festin ! Les Couplets des deux Hommes d’Armes, « Protéger le repos des villes... », à l’acte II, exaltation des gendarmes Grabuge et Pitou, ridiculisent les forces de l’ordre. Amusant de savoir que cette marche est devenue l’hymne des Marines américains ! L’opinion d’Offenbach sur l’autorité, sous ses diverses formes, est ici très critique et mordante. On en avait
déjà eu une cinglante idée avec Orphée aux enfers ! Le départ en train à la gare du chemin de fer du Nord annonce le finale de l’acte premier de la Belle Hélène, une des pages les plus justement célèbres du compositeur. Après la tragi-comique scène de répudiation de Geneviève (absente de cet enregistrement) dans laquelle Golo, voulant l’épouser après avoir détrôné le duc Sifroy, la fait passer pour infidèle, la compagnie entonne le chant du départ pour la Palestine, thème si typique des finales étourdissants du maestro, et qui aurait dû être aussi populaire que ceux de ses autres chefs-d'oeuvre, car Offenbach aime que l’on s’amuse et qu’on l’applaudisse ! Nous suivons ensuite les errances de Drogan, de Geneviève et de sa fidèle confidente parmi tous les dangers : orages, ravins, hommes d’armes et monstrueux Golo. Puis nous retrouvons les croisés à Asnières, stoppés là, fort joyeusement dans leur croisade (?). En effet, la grande fête du finale de l'acte II se déroule chez Charles Martel : Chanson des cocodettes, Ronde des infidèles, Tyrolienne hystérique, Farandole furieuse, déclinent le catalogue des dévergondages et s’achèvent en bacchanale. On se souvient, éblouis, d’une reprise de ce final dans son intégralité lors du concert de Radio France précité, programme concocté par Jean-Christophe Keck, maître incontestable de l’actuelle Offenbacchiade. L’acte III, toujours bref, comporte en dehors des Couplets de la biche (alla Mozart, petit bijou de tendresse) un inénarrable Quatuor de la chasse qui, à lui seul, mérite le détour. C’est l’une des pages les plus amusantes du maestro. Tout se termine bien, Golo sera puni par sa propre femme qu’il avait lâchement abandonnée. Les beaux rôles sont toujours pour la femme chez notre musicien, elles donnent des leçons cinglantes aux hommes assez frustes, lamentables ou médiocres et surtout risibles... comme dans la vraie vie ! Un Offenbach ici sans masque ?
En cet enregistrement se manifeste aussi l’autre Offenbach avec la fileuse, « travaillons comme des fées », le Trio de la main et de la barbe, les Couplets de la mèche et ceux encore de la Biche, celui qui annonce le grand romantique des partitions telles que Die Rheinnixen, Fantasio, La Chanson de Fortunio, Les Contes d'Hoffmann.... L’amour du page Drogan pour Geneviève inspire des pages bucoliques et tendres au compositeur. Drogan ― ainsi que le note subtilement Jean-Claude Yon ―, double de Chérubin. Ne le retrouve-t-on pas, caché derrière un fauteuil, dans le boudoir de son aimée ?"
Revenir en haut Aller en bas
Plume
Administrateur
Administrateur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1700
Localisation : centre
Date d'inscription : 18/01/2009

MessageSujet: Re: Opéra, quand tu nous tiens   Ven 09 Sep 2011, 23:45

Merci j'aime O. mais je ne connais pas Geneviève que je vais m'empresser d'écouter..et donner mon ressenti! .........
Revenir en haut Aller en bas
Anne-B
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1166
Date d'inscription : 21/02/2011

MessageSujet: Re: Opéra, quand tu nous tiens   Sam 10 Sep 2011, 11:23

Aujourd'hui, foin de bouffonnerie. C'est une belle journée que je voudrais illustrer par le finale de Fidelio :




Voici, d'après Wikipedia, l'argument de cet unique opéra de Beethoven.

Une prison d’État espagnole, non loin de Séville, au XVIIIe siècle.
Acte I
Dans la cour intérieure de la prison
Florestan est prisonnier au secret sur l'ordre de Don Pizarro, le féroce gouverneur d'une prison d'État. Pour le libérer, sa femme Léonore se déguise en homme sous le nom de Fidelio et vient travailler à la prison. Marzelline, la fille du géolier Rocco, est courtisée par Jaquino. Mais elle tombe amoureuse de Fidelio. Redoutant une visite du ministre Don Fernando, le cruel Pizarro ordonne à Rocco de tuer Florestan. Il devra le faire lui-même car Rocco refuse et se voit confier la tâche de creuser une tombe dans le cachot même de Florestan. Léonore obtient de Rocco qu’il laisse les prisonniers respirer et voir l’air libre, ce qu’ils font avec bonheur. Florestan n'est pas avec eux, et Léonore supplie Rocco pour l'accompagner dans le cachot secret.
Acte II
Dans le cachot de Florestan, puis sur le terre-plein de la prison pour la scène finale.
Florestan pleure son destin mais accepte la volonté de Dieu. Lorsque Pizarro descend pour le tuer, Léonore dévoile son identité, s’interpose et le menace de son pistolet. Arrive le bon ministre Fernando qui libère Florestan. Le final s’apparente à la thématique de l’Hymne à la joie de la IXe symphonie : Vive la liberté, vive l’amour conjugal.
Revenir en haut Aller en bas
Anne-B
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1166
Date d'inscription : 21/02/2011

MessageSujet: Re: Opéra, quand tu nous tiens   Sam 10 Sep 2011, 13:37

Eh bien voilà, votre servante a du mal à rester longtemps sérieuse avec la musique. blonde
Permettez-moi de vous faire partager l'excellente émission de Benoit Duteurtre, diffusée aujourd'hui sur France Musique et disponible à la réécoute. Il reçoit Nicole Broissin, l'interprète de la Veuve joyeuse que je vous proposais il y a quelques jours.

http://sites.radiofrance.fr/francemusique/em/etonnez_moi/emission.php?e_id=22
Revenir en haut Aller en bas
Anne-B
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1166
Date d'inscription : 21/02/2011

MessageSujet: Re: Opéra, quand tu nous tiens   Lun 12 Sep 2011, 00:33

Un jour, je vous raconterai la fois où j'ai rencontré le baryton Laurent Naouri, mais d'abord, écoutez ceci :

http://sites.radiofrance.fr/francemusique/em/diable-beauvert/emission.php?e_id=100000064&d_id=425004337&arch=1

Revenir en haut Aller en bas
Anne-B
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1166
Date d'inscription : 21/02/2011

MessageSujet: Re: Opéra, quand tu nous tiens   Mer 21 Sep 2011, 19:05

Il commence à faire frais, n'est-ce pas ? Permettez-moi donc, pour nous réchauffer un peu, de vous emmener en Italie, à la Scala de Milan exactement, assister à cet archétype du ballet romantique : Giselle ou les Willis.
C'est le seul spectacle que votre servante ait eu la chance d'admirer dans ce haut lieu de l'art lyrique. Paradoxal ? peut-être, mais c'était bien, croyez-moi.



Voici l'argument du ballet, emprunté sans vergogne chez Wikipédia :
"Giselle, jeune paysanne, aime Albrecht qui lui a juré fidélité. Elle danse en son honneur, oubliant les remontrances de sa mère qui lui rappelle l’histoire des wilis, ces jeunes filles transformées en fantômes pour avoir trop dansé. Amoureux de Giselle, le garde-chasse Hilarion découvre qu’Albrecht n’est autre que le duc de Silésie, fiancé à la fille du duc de Courlande. Devant tous il révèle l’identité de son rival. Giselle en perd la raison et s’effondre sans vie.
"Venus tour à tour se recueillir le soir, sur la tombe de Giselle, Hilarion et Albrecht sont la proie des wilis et de leur reine, l’implacable Myrtha, qui les condamne à danser jusqu’à la mort. Sortant de sa tombe, Giselle, nouvelle willi, tente en vain d’intervenir. Albrecht ne sera sauvé que par les premières lueurs de l’aube qui font rentrer les willis dans leurs tombes."
Revenir en haut Aller en bas
LPB
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin
Capricorne Tigre
Nombre de messages : 5479
Age : 54
Localisation : Région Centre
Date d'inscription : 26/05/2009

MessageSujet: Re: Opéra, quand tu nous tiens   Ven 23 Sep 2011, 11:19

:aurev: Bonjour

Et bien ce fil de discussion est très riche et Anne-B, une passionnée !!!

Que penseriez-vous d'une sortie parisienne vers l'Opéra Garnier ? Plus précisément un ballet en avril ou mai 2012 ?

Je sais qu'il y a déjà une randonnée programmée courant printemps 2012 et que d'ailleurs ce sujet mériterait d'être réactivé maintenant que nous sommes tous rentrés de vacances mais .... rien n'est impossible

(pour info, "l'histoire" de Manon, ballet en trois actes d'après le roman de l'Abbé Prévost est programmé en avril et mai 2012).

Si la sortie se faisait, il y aurait une possibilité de visiter les "coulisses" de l'Opéra (un contact proche travaillant à Garnier)

Alors ?

Qui est intéressé(e) ?


_________________
la ptite bête
Revenir en haut Aller en bas
Anne-B
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1166
Date d'inscription : 21/02/2011

MessageSujet: Re: Opéra, quand tu nous tiens   Ven 23 Sep 2011, 11:28

Ouiiiiiiiiiii ! bravo1 bravo1 bravo1 bravo1 bravo1

Revenir en haut Aller en bas
Quatrelys

avatar

Masculin
Lion Rat
Nombre de messages : 1138
Age : 69
Localisation : France ouest
Date d'inscription : 21/05/2009

MessageSujet: Re: Opéra, quand tu nous tiens   Ven 23 Sep 2011, 15:04

I love you Sublime. Mais pourquoi s'allonger sur le sol, alors qu'une couche moelleuse leur tend les bras ? scratch Smile

Dès aujourd'hui je m'inscris au club de danse de mon patelin. Basketball
Revenir en haut Aller en bas
Anne-B
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1166
Date d'inscription : 21/02/2011

MessageSujet: Re: Opéra, quand tu nous tiens   Ven 23 Sep 2011, 16:54

Quatrelys a écrit:
Mais pourquoi s'allonger sur le sol, alors qu'une couche moelleuse leur tend les bras ?

Monsieur Quatrelys, vous pourrez poser cette question directement à l'Opéra, n'est-ce pas :
La Ptite Bête a écrit:
il y aurait une possibilité de visiter les "coulisses" de l'Opéra (un contact proche travaillant à Garnier)
Revenir en haut Aller en bas
Quatrelys

avatar

Masculin
Lion Rat
Nombre de messages : 1138
Age : 69
Localisation : France ouest
Date d'inscription : 21/05/2009

MessageSujet: Re: Opéra, quand tu nous tiens   Ven 23 Sep 2011, 17:13

Anne-B a écrit:
Quatrelys a écrit:
Mais pourquoi s'allonger sur le sol, alors qu'une couche moelleuse leur tend les bras ?

Monsieur Quatrelys, vous pourrez poser cette question directement à l'Opéra, n'est-ce pas :
La Ptite Bête a écrit:
il y aurait une possibilité de visiter les "coulisses" de l'Opéra (un contact proche travaillant à Garnier)

Rolling Eyes Et paff! après la rando dans le perche v'la-t-y pas qu'ils vont essayer de me faire sortir de ma tanière pour aller à l'opéra!

Et ben, bon courage comme disait ma première femme. Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Zabou

avatar

Féminin
Gémeaux Dragon
Nombre de messages : 2818
Age : 53
Localisation : PARIS
Date d'inscription : 02/09/2009

MessageSujet: Re: Opéra, quand tu nous tiens   Dim 25 Sep 2011, 18:33

Je suis intéressée par cette sortie! cheers
Revenir en haut Aller en bas
LPB
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin
Capricorne Tigre
Nombre de messages : 5479
Age : 54
Localisation : Région Centre
Date d'inscription : 26/05/2009

MessageSujet: Re: Opéra, quand tu nous tiens   Lun 26 Sep 2011, 12:28

Pour répondre à Zabou et à ceux qui seraient intéressés, un post sera prochainement ouvert à ce sujet.

Je vous proposerai les dates et modalités d'inscription, le programme sur la soirée (je crois bien que Anne-B a l'intention de cuisiner pour nous Wink )

Anne-B a accepté de nous expliquer de A à Z la "petite histoire" de l'Histoire de Manon sur un autre post qu'elle ouvrira à cet effet ...


_________________
la ptite bête
Revenir en haut Aller en bas
Anne-B
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1166
Date d'inscription : 21/02/2011

MessageSujet: Re: Opéra, quand tu nous tiens   Lun 26 Sep 2011, 12:34

Affirmatif sur tous les points ! flower flower flower
Revenir en haut Aller en bas
Anne-B
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1166
Date d'inscription : 21/02/2011

MessageSujet: Re: Opéra, quand tu nous tiens   Lun 26 Sep 2011, 23:08

Je vous promets de bientôt vous parler de Manon. Mais enfin, je voudrais ne pas vous lasser avant le mois d'avril.
J'aimerais donc d'abord profiter du bel été indien de ces jours-ci pour vous proposer ce petit bijou de fraîcheur et de poésie bucolique. Une surprise de taille vous attend vers 00:31:26.



Plus ancien ballet du patrimoine classique et l'un des plus importants du répertoire actuel, La Fille mal gardée est composé de deux actes et trois tableaux et a été créé le 1er juillet 1789 au Grand-Théâtre de Bordeaux.






L'argument (by Wikipedia, comme d'habitude)

Lise, l'héroïne et fille unique de Simone, une veuve propriétaire d'une ferme prospère, est amoureuse de Colas, un jeune berger désargenté. Cela contrarie sa mère qui a pour elle d'autres ambitions. Simone voudrait la marier à Alain (parfois nommé Nicaise) fils d'un vigneron cossu, l'opulent Thomas. Espiègle et tenace, elle finit par triompher après mille ruses et détours. Colas l'enlève tandis que gronde l'orage et que Nicaise s'envole emporté par son ombrelle.

Acte I
La cour de ferme
Le coq chante et sort du poulailler accompagné de ses poules. Il annonce l'aube d'une nouvelle journée bien remplie à la ferme. Lise, déçue de ne pas voir Colas, laisse un ruban noué dans un lacs d'amour en gage de sa loyauté. Colas le trouve et l'attache à son bâton de berger. Les amoureux se retrouvent mais sont interrompus par Simone qui occupe sa fille en lui faisant battre du beurre. Colas entre en catimini et se cache au grenier. Il rejoint Lise dès Simone partie. Ils se partagent le travail mais l'oublient alors qu'ils se déclarent leur amour.
Les filles de ferme invitent Lise à jouer avec elles mais la fille de Simone a manifestement l'esprit ailleurs. Sa mère, méfiante et vigilante, la prend par le bras et la gronde. Sur ces entrefaites arrive le riche et ostentatoire Thomas, riche propriétaire de vignobles. Il est accompagné de son fils Alain. Simone qui connaît la nature de leur mission congédie Lise. Thomas demande la main de cette dernière pour son fils. Alain, maladroit et faussement timide, montre ce dont il est capable et se livre à une série de pitreries. Lise se montre à la fois amusée et choquée et ne s'intéresse absolument pas au fils du vigneron. Ils partent faire la moisson.

Acte II
Le champ de blé
C'est l'époque de la moisson. Après les travaux des champs, les moissonneurs, Colas à leur tête se détendent en dansant joyeusement. Lise et Alain dansent lorsque Colas intervient. La jeune fille exprime alors nettement sa préférence. L'un des moissonneurs joue de la flûte pour le plus grand plaisir de tous. Alain veut jouer à son tour. Il s'attire les quolibets des moissonneurs. C'est son père, indigné, qui vient le sauver du chahut. Colas a maintenant le champ libre et danse avec Lise sous l'œil de Simone. Tous sont interrompus par un orage qui les éparpille.
Intérieur de la ferme
La mère et la fille, trempées par l'orage, sont de retour à la ferme. Elles s'assoient pour filer. La mère pense que le travail devrait calmer Lise. Elle est gagnée par le sommeil et Lise, qui a aperçu Colas au portail essaye de lui en subtiliser la clef. Simone se réveille et, pour ne pas se rendormir, joue du tambourin pour faire danser sa fille. Les coups de tambourin faiblissent, deviennent anarchiques; la tête dodeline et Simone s'endort. Lise court au portail et murmure quelque chose à Colas. Le bruit des moissonneurs qui viennent se faire payer réveille Simone. Elle dit à sa fille de continuer ses travaux et va servir à boire aux moissonneurs. Lise, se croyant seule, rêve aux délices de la vie conjugale. Colas ne peut plus résister et, sortant de sa cachette, surprend Lise. Les deux amoureux se déclarent mutuellement leur flamme. Ils échangent un foulard comme gage. Simone réapparaît sur ces entrefaites. Lise pousse Colas dans sa chambre. La mère, toujours méfiante, se rend compte que les amoureux se sont rencontrés et enferme Lise à double tour dans sa chambre. Alain et son père arrivent avec un notaire pour signer le contrat lorsque Colas et Lise sortent de la chambre. Les amoureux demandent pardon à Simone et implorent sa bénédiction. En dépit de la fureur d'Alain et de son père, elle finit par céder dans la réjouissance générale.
Revenir en haut Aller en bas
LPB
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin
Capricorne Tigre
Nombre de messages : 5479
Age : 54
Localisation : Région Centre
Date d'inscription : 26/05/2009

MessageSujet: Re: Opéra, quand tu nous tiens   Mar 27 Sep 2011, 20:09

Anne-B a écrit:
Une surprise de taille vous attend vers 00:31:26.


Je n'ai jamais vu un poney aux pattes si courtes ? Laughing

_________________
la ptite bête
Revenir en haut Aller en bas
Anne-B
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1166
Date d'inscription : 21/02/2011

MessageSujet: Re: Opéra, quand tu nous tiens   Mer 28 Sep 2011, 10:35

D'humeur badine aujourd'hui ! flower jocolor blonde




Ta bouche est une opérette de 1922 : http://www.altamusica.com/concerts/document.php?action=MoreDocument&DocRef=2494&DossierRef=2207


Dédicace toute spéciale à 0:27 :
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Opéra, quand tu nous tiens   

Revenir en haut Aller en bas
 
Opéra, quand tu nous tiens
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Vieillesse quand tu nous tiens !!!
» Ah FAM, quand tu nous tiens!
» habitude de la solitude (poésie quand tu nous tiens!)
» Passion, quand tu nous tient ....
» conseil conseil quand tu nous tiens!!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum de l'A.V.A.N.T. :: LA MUSIQUE :: La musique en général-
Sauter vers: