Trompe de chasse - chevaux - vénerie - chasse
 
AccueilPORTAILFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Promenade sur les terres de Monique de Rothschild

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Robert Hautlecoeur
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin
Taureau Singe
Nombre de messages : 4824
Age : 73
Localisation : Paris
Date d'inscription : 11/11/2008

MessageSujet: Promenade sur les terres de Monique de Rothschild   Dim 29 Nov 2009, 23:26

Par une de ces journée d'automne pétrifiante, annonciatrice de l'hiver tueur de vermines voilà que nous apparait ce château construit au XV° siècle, pour servir de refuge et offrir les plaisirs de la chasse à son propriétaire, démantelé au XVII°siècle et recréé au XIX°...


Son histoire vous sera merveilleusement contée en accédant à ce site :

http://passiondhistoire.saint-setiers.com/visiteschateaux/PAGES%20VISITES/Pierrefonds/Pierrefonds.html

le "Beaujolais Nouveau" vous surveille dans sa vitrine; il vous fait rêver à ces grands cerfs, fantômes discrets que certains appellent des "Môssieus" et dont vous pourrez peut-être, avec beaucoup de patience, apercevoir la belle prestance et la ramure impressionnante à travers les hautes futaies de la forêt-cathédrale de Compiègne.


Si vous êtes curieux(se) un petit détour, qui en vaut la peine, vous conduira jusqu'à l'abbaye bénédictine de Morienval :

Ce monastère fut fondé avant l'an 1000, abbatiale romane au XII° siècle : des "moniales" y vivaient selon la règle de Saint Benoît, transformé au XIV° et modifiée au XVII° siècle, Louis XV en ordonna la fermeture.

Puis, guidé par un l'instinct profond ancestral, vous vous rendrez au coeur de la grande forêt (ancienne forêt de Cuise) de plus de 14 000 hectares pour y découvrir un village cerné par la verdure : Saint-Jean au Bois enraciné dans le temps auprès d'une abbaye du XII° siècle, ravagée par Turenne.






Ses habitants sont appelés les Solitaires car sous la Révolution française, le village prit le nom de Solitude.





Et le plus connu d'entre eux est Emile Carrara qui écrivit la musique de "Mon Amant de Saint-Jean", une chanson interprétée par Lucienne Delyle et souvent reprise par d'autres artistes :


Le village a toujours été un rendez-vous de chasse...


Avant de vous perdre dans la vaste étendue forestière (où de nombreux souverains de France ont aimé chasser : François Ier, qui est le premier à l'avoir fait aménager en traçant huit routes, Louis XIV en faisant dessiner le grand octogone et cinquante-quatre routes, Louis XV et Louis XVI en faisant percer d'autres, jusqu'à deux cents, enfin Napoléon Ier en ordonnant d'amorcer la percée des Beaux-Monts; La forêt présente un relief varié se pretant bien à la chasse : plateaux entaillés de vallons et de gorges, petites collines appelée les monts, ruisseaux et étangs), vous n'hésiterez pas à aller saluer le château de Compiègne et son histoire trop souvent méconnue.

Compiègne, pour avoir été un passage pratique sur l'Oise, s'appelait "Compendium" (c'est à dire "Raccourci").





à l'évocation de ce nom il nous vient immédiatement à l'esprit deux épisodes de l'histoire de France :

- L'éxécution, pendant la Révolution, de seize carmélites soumises au martyre de la guillotine (ainsi qu'a magistralement évoqué ce drame : un très beau film, tiré de l'oeuvre exceptionnelle de Georges Bernanos)

http://gloria.tv/?media=4072

- La signature de l'armistice du 11 novembre 1918

Photo prise juste après la signature de l'Armistice avec au premier plan le maréchal Foch, encadré par les amiraux britanniques Hope et Rosslyn Wemyss.
(Sur la marche, muni d'un brassard noir, on remarquera le Lieutenant de Mierry - père du comte jean de Mierry, président du Rallye Hardi beagles et Waregem)



(à suivre)


Dernière édition par Robert Hautlecoeur le Mer 02 Déc 2009, 16:19, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
LPB
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin
Capricorne Tigre
Nombre de messages : 5479
Age : 54
Localisation : Région Centre
Date d'inscription : 26/05/2009

MessageSujet: Re: Promenade sur les terres de Monique de Rothschild   Lun 30 Nov 2009, 12:24

Bonjour Robert !

Le rendez-vous de chasse "Le Châlet du Loir" à Fréteval appartenait à la famille Rotschild. J'ai posté un sujet, il y a quelque temps.

Pourriez-vous rechercher de quel branche s'agit-il ? Je n'ai pas trop le temps... et vous êtes notre historien par excellence alors ...si vous pouvez mille fois !
Revenir en haut Aller en bas
Robert Hautlecoeur
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin
Taureau Singe
Nombre de messages : 4824
Age : 73
Localisation : Paris
Date d'inscription : 11/11/2008

MessageSujet: Re: Promenade sur les terres de Monique de Rothschild   Lun 30 Nov 2009, 14:13

la ptite bete a écrit:
Bonjour Robert !

Le rendez-vous de chasse "Le Châlet du Loir" à Fréteval appartenait à la famille Rotschild. J'ai posté un sujet, il y a quelque temps.

Pourriez-vous rechercher de quel branche s'agit-il ? Je n'ai pas trop le temps... et vous êtes notre historien par excellence alors ...si vous pouvez mille fois !


Sous réserves : Rothschild (Baron James de).

Fréteval (Loir-et-Cher) : Mainlevée de la saisie de la maladrerie et arrêt de ...... Rothschild (Baron James de) (1845).





Dernière édition par Robert Hautlecoeur le Lun 30 Nov 2009, 23:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Robert Hautlecoeur
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin
Taureau Singe
Nombre de messages : 4824
Age : 73
Localisation : Paris
Date d'inscription : 11/11/2008

MessageSujet: Promenade sur les terres de Monique de Rothschild (suite 1)   Lun 30 Nov 2009, 22:07

Promenade sur les terres de Monique de Rothschild (suite 1)


Au XVI° siècle apparaît la première mention de l'existence d'un château à Compiègne. Ainsi au retour d'une chasse, Clotaire I°, fils de Clovis, meurt en son château de Compiègne... Ce dernier verra d'ailleurs, par la suite, défiler en ses lieux : Charles le chauve, Saint-Louis, Charles V, Charles VII; presque tous les rois de France y feront halte sur la route du retour du sacre à Reims. François I°, Louis XIII, Louis XIV décidèrent des aménagements; Louis XV décidera de la reconstruction d'un nouveau château (selon les projets d'Ange-Jacques Gabriel) Tapisserie des Gobelins (scène de chasse à compiègne)

et Le Dreux de la Châtre parachèvera l'oeuvre de son prédécesseur selon le bon vouloir de Louis XVI; Marie-Antoinette, future reine de France, y fut acceuillie à son arrivée d'Autriche.


Puis Napoléon I° ordonna la remise en état des bâtiments et adopta les projets de jardin que lui proposa Lelleur; Marie-Louise sera également acceuillie au château à son arrivée en France. Piètre veneur, il oubliera vite la chasse à courre qu'il avait fait organiser en 1800 au château de Mortefontaine.




Chambre de l'Empereur



Chambre de l'Impératrice





Les murs virent encore le petit roi de Rome, Louis XVIII et Charles X avant que le neveu du "Corse" ne redonne tous ses lustres à la vie du château et tous ses fastes à la vénerie de Compiègne...




Dès le mois d'avril 1852, le prince Louis-Napoléon, suivant les traditions des souverains ayant régné sur la France et désireux de faire revivre les institutions séculaires, réorganisait la vénerie sur les modèles des véneries royales. Le comte Edgar Ney, depuis prince de la Moskowa, et le marquis de Toulongeon furent chargés de cette organisation et s'en acquittèrent à merveille.
Comment fut composé le premier équipage ? Il existait au château de Francport, entre les forêts de Compiègne et de l'Aigle, une célèbre famille de veneurs qui n'avait cessé, de temps immémorial, de chasser dans ces forêts. Le marquis de l'Aigle, chef de la famille, offrit au Prince-président, qui accepta, son équipage de chasse à courre, chevaux et chiens.
Quand les grandes charges de la Couronne furent rétablies, le maréchal Magnan fut nommé grand veneur nominal, mais le général Ney, premier veneur, continua de diriger le service. A sa mort, la charge de premier veneur fut supprimée. Le marquis de Toulongeon devint alors capitaine des chasses à tir. Le marquis de Castelbajac, écuyer de l'Empereur, fut nommé capitaine des chasses, et le baron Lambert, commandant de la vénerie.




A plusieurs reprises, chaque automne, Napoléon III et Eugénie convièrent pour une semaine une vingtaine d'invités, dignitaires de l'Empire, diplomates, princes étrangers, écrivains (Dumas fils, Flaubert, Sainte-Beuve, Mérimée...), artistes (Bartholdi, Carpeaux, Delacroix, Fromentin, Moreau, Horace Vernet...), musiciens (Gounod, Verdi...), architectes et savants. Tous logés au château, ils y menaient une vie de cour moins solennelle qu'aux Tuileries mais organisée et libre. Chaque séjour était ponctué de divertissements divers, notamment une chasse à courre que les non veneurs pouvaient suivre en char à bancs;.. Et l'on savait mettre "les petits plats dans les grands", à preuve ces 'surtouts de chasse' :

('biscuits' provenant du Musée national de Céramique de Sèvres et exposés provisoirement au château de compiègne dans un ensemble reconstituant les Arts de la Table dans les palais impériaux intitulée : "A la table d'Eugénie").
Les tenus vestimentaires n'en étaient pas moins pointilleusement choisies, en fonction de la mode; il en est ainsi de ces 'couvre-chef' féminins, spécialement proposées pour la chasse :


Les chasses y étaient menées bon train, à en croire ces documents :










Et l'on y conviait même des princes arabes :

L'Impératrice Eugénie était, semble-t-il, une "Diane chasseresse' puiqu'elle bénéficiait de son propre pavillon de chasse :

Bouton Equipage de l'Impératrice
(à suivre)


Dernière édition par Robert Hautlecoeur le Ven 04 Déc 2009, 15:00, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
Robert Hautlecoeur
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin
Taureau Singe
Nombre de messages : 4824
Age : 73
Localisation : Paris
Date d'inscription : 11/11/2008

MessageSujet: Promenade sur les terres de Monique de Rothschild (suite et   Mar 01 Déc 2009, 16:21

Promenade sur les terres de Monique de Rothschild (suite et fin)
Les traditions furent maintenues et le flambeau de la Vénerie en Compiègne repris par les 'Chézelles", 'Aigle' (ces deux équipages chassèrent d'ailleurs cerfs, chevreuils, daims et sangliers), 'Olry-Roederer', fin XIX° et début XX° siècles :







Il fut même envisagé de suivre la chasse en dirigeable... :



Caricature d'albert Guillaume (1901 : Marquis de l'Aigle)





Le spectacle était attendu et la foule ne manquait pas; il était courant de prendre 70 cerfs en une année...




Le prince Murat et le comte de Valon étaient régulièrement invités à chasser sur le territoire :

Puis les 'Rothschild" vinrent :
Photo extraite du livre de Jean Perney "Picardie Terre de Vénerie" (et retraitée en noir et blanc)



Chiens de l'équipage de "La Futaie Les Amis"
(Aquarelle de cyrille Jubert)


Les souvenirs de son enfance...


Bouton de l'équipage 'La Furaie Les Amis'

Vénerie aujourd-hui en compiègne :



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Promenade sur les terres de Monique de Rothschild   

Revenir en haut Aller en bas
 
Promenade sur les terres de Monique de Rothschild
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Balade dans la garrigue : la promenade en pleine nature
» cherche ami poilu pour promenade bord de mer
» Promenade à l'écomusée du pays de Rennes
» Promenade en Isère
» promenade en suisse

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum de l'A.V.A.N.T. :: LES ARTS :: Musées, Châteaux & autres lieux célèbres-
Sauter vers: