Trompe de chasse - chevaux - vénerie - chasse
 
AccueilPORTAILFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 LE MUSEE EN LIGNE DE LA VENERIE DU LIEVRE (Chasse à force)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 10, 11, 12  Suivant
AuteurMessage
Robert Hautlecoeur
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin
Taureau Singe
Nombre de messages : 4824
Age : 73
Localisation : Paris
Date d'inscription : 11/11/2008

MessageSujet: Suite 46   Lun 23 Nov 2009, 02:12

Revenir en haut Aller en bas
Robert Hautlecoeur
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin
Taureau Singe
Nombre de messages : 4824
Age : 73
Localisation : Paris
Date d'inscription : 11/11/2008

MessageSujet: Suite 47   Lun 23 Nov 2009, 02:14

Frise des VIII et IX° siècles (Egypte)


Polychrome : chasse au lièvre et cohorte de cavaliers




Scène de chasse
Domaines
archéologie ; romain ; céramique
Description
Terre noire. Vase ovoïde en sigillée noire orné d'un bandeau central délimité en haut et en bas par une double ligne en guilloché. Sur ce bandeau, scène de chasse : quatre cerfs et deux lièvres en course poursuivis par deux chiens, au milieu de rinceaux de feuillage
Revenir en haut Aller en bas
Robert Hautlecoeur
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin
Taureau Singe
Nombre de messages : 4824
Age : 73
Localisation : Paris
Date d'inscription : 11/11/2008

MessageSujet: Suite 48   Lun 23 Nov 2009, 09:32

LE LIEVRE ET LA DEESSE OSTARA

Le mois d’avril porte, chez les anciens germains, le nom de mois d’Ostara. Ce nom apparaît encore dans les dénominations actuelles de la fête de Pâques en Angleterre (Easter) et allemande (Ostern). Ostara est en réalité une ancienne divinité à la fois du printemps et de l’aurore. Le printemps étant l’aurore de l’année. Nous sommes en fait là face à une très ancienne fête indo-européenne célébrée à l’équinoxe de printemps, période où les jours deviennent de plus en plus longs, raccourcissant de ce fait les heures consacrées à l’obscurité hivernale, et où en quelque sorte la nouvelle année renaît au monde, comme il en est ainsi, à chaque aube du jour, pour le soleil invaincu. L’étymologie nous permet d’attester notre interprétation : chez tous les peuples indo-européens, on retrouve un terme proche d’Ostara pour désigner l’Aurore (ushas chez les Indiens, aurora chez les Latins, eos chez les Grecs, ustra chez les Slaves, etc…). Les peuples indo-européens ont tous une déesse de l’aurore ou du printemps. Symbolisant le printemps, la déesse Ostara met donc un terme à l’hiver ; symbolisant aussi l’Aurore, elle permet au soleil de supplanter la nuit.
Le
lièvre est l’animal favori d’Ostara. Pas étonnant qu’il soit omniprésent dans les fêtes pascales. Dans maints récits populaires, il fait office de guide du chasseur qui doit rejoindre une jeune femme – manifestation de la déesse – vivant au pied d’un arbre et dispensatrice de cadeaux. Le lièvre se retrouve dans de nombreuses légendes et comptines enfantines. Ses représentations abondent dans l’art pictural et architectural

la déesse Ostara


Dans la tradition païenne, le lièvre était le compagnon des déesses de la fécondité (fertilité) : Vénus chez les Romains, Ôstara, en pays Germanique. En Grande-Bretagne, à la fin de la récolte, on coupait le lièvre en gage de fertilité : on fabriquait une poupée en épi de blé et on l'enterrait au printemps. Avant l'évangélisation, vers le V° siècle, on vénérait Easter, déesse de la fertilité et du printemps, dont l'animal était un lièvre. La première mission du christianisme fut de lutter contre le paganisme. Il fallait le supplanter si possible, s'implanter là où il existait, en accepter les éléments, si nécessaire. Les deux croyances se mêlèrent. À Pâques, les Chrétiens fêtaient la Résurrection du Christ, les païens célébraient leur déesse Easter et la naissance de la nouvelle année. Aujourd'hui, en anglais, on dit encore Easter pour Pâques. On offre des œufs, symbole de fertilité, des cloches parce que la voix de Dieu reste muette pendant la mort du Christ, ou un lapin en chocolat : un lièvre.
Dans la sculpture romane, la capture du
lièvre symbolisa le paganisme vaincu, particulièrement en Forez, Velay et Vivarais où la tradition celtique resta puissante (loup androphage, mère nourricière aux serpents, tireur d'épine). Dans la nef de l'église du Monastier-Pin-Mories (48) un chapiteau situé en plein Sud, côté du bien, représente un chasseur qui célèbre la capture d'un lièvre en soufflant dans un cor. On le retrouve à Rouffach, en Alsace et sur le portail de l'église Saint-Gall de Bâle. À Grézieu-La-Varenne dans le Lyonnais un remarquable bénitier roman représente d'un côté une chasse au cerf (image de l'âme fuyant le mal) et de l'autre un chasseur qui brandit un lièvre : le paganisme vaincu. La poursuite contre le paganisme se rencontre en Guyenne sur les voussures des portails de Blasimon et Castelviel copié à Saint-Martin-de-Sescas (33). Lorsque les lièvres ne sont pas poursuivis par un chasseur, on peut penser qu'ils expriment un message d'avertissement : le paganisme qui court toujours. Sur la face Sud de Saint-Restitut, on rencontre les deux scènes : un chien poursuit un laporidé, un chasseur tient un lièvre par les pattes de derrière et s'apprête à l'écorcher avec un couteau tenu de la main droite.
Le Christianisme (1) s'implanta sur toutes les fêtes païennes. Noël remplaça en 354 la célébration romaine du Soleil Invaincu, l'Epiphanie célébra l'arrivée des Mages 12 jours après Noël, ce jour-là, les Romains élisaient un roi pour fêter la fin des Saturnales, les Gaulois concluaient la période du solstice d'hiver (sol-stare = soleil immobile) pendant laquelle on nourrissait, sur de petits oratoires, les âmes des morts en voyage. Les pratiquants des religions naturalistes tentèrent de conserver la mémoire des pratiques anciennes. La Saint-Jean remplaça le solstice de juin, mais on alluma des feux pour célébrer le Soleil. Pâques devint la fête principale de la chrétienté, on continua à fêter le
lièvre. La puissance de l'Eglise s'imposa, le symbole païen fut oublié, seule l'habitude resta.
Le lapin en chocolat constitue un élément palpable de la pérennité des symboles.


Lionel DIEU


(1) Le Christ est parfois représenté par un lièvre dont les longues oreilles ouvertes lui permette d'écouter la parole divine.
De même que le tableau dit de Saint Antoine est associé à Notre Dame de Marceille, le tableau appelé curieusement "Le Christ au lièvre"...
Revenir en haut Aller en bas
Robert Hautlecoeur
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin
Taureau Singe
Nombre de messages : 4824
Age : 73
Localisation : Paris
Date d'inscription : 11/11/2008

MessageSujet: Suite 49   Lun 23 Nov 2009, 16:01

Barry Flanagan


Patrice Mesnier
Revenir en haut Aller en bas
Robert Hautlecoeur
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin
Taureau Singe
Nombre de messages : 4824
Age : 73
Localisation : Paris
Date d'inscription : 11/11/2008

MessageSujet: Suite 50   Lun 23 Nov 2009, 16:50

HIMELY, WOLSTENHOLME D. (GRAVURE) - Coursing. Going out. Plate 1. (Chasse à courre au Lièvre. La sortie. Planche 1). Coursing. Finding. Plate 2. (Chasse à courre au lièvre. La découverte. Planche 2). Coursing. The Hare's last effort. Plate 3. (Chasse à courre au Lièvre. Le dernier effort du Lièvre. Planche 3). Coursing. The Death. Plate 4. (Chasse à courre au Lièvre. L'Hallali. Planche 4).
Ensemble de 4 gravures originales du 19e siècle, gravées à l'aquatinte par Himely d'après les peintures de Wolstenholme, rehaussées à l'aquarelle.



Dernière édition par Robert Hautlecoeur le Mar 20 Avr 2010, 10:21, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Robert Hautlecoeur
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin
Taureau Singe
Nombre de messages : 4824
Age : 73
Localisation : Paris
Date d'inscription : 11/11/2008

MessageSujet: Suite 51   Lun 23 Nov 2009, 16:53

La chasse au lievre
de Ensemble Clément Janequin, Dominique Visse :


http://www.starzik.com/mp3/titres/La_chasse_au_lievre-1845172.html

MUSIQUE ET MUSICIENS DE LA VIEILLE FRANCE

-... divisé en trois parties, dans «Wohlauf, jungund ait»,
sont décrites les péripéties d'une
chasse au cerf. Les voix, en répétant « wufF,
wûfF», imitent tantôt les aboiements des chiens
et tantôt le galop du cerf et des chevaux, «wûff,
wûfF, da lauft der edel Hirsch».

Deux « Chasses du lièvre » à quatre voix,
l'une anonyme et l'autre inscrite sous le nom
de Nicolas Gombert, sont, comme il a été dit
précédemment, contenues dans le Dixiesme
liçrede chansons, imprimé par Tylman Susato,
en 1545 -.

La fanfare du "Lièvre" :

http://itunes.apple.com/fr/album/id105123150?i=105122196


Dernière édition par Robert Hautlecoeur le Lun 23 Nov 2009, 18:20, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Robert Hautlecoeur
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin
Taureau Singe
Nombre de messages : 4824
Age : 73
Localisation : Paris
Date d'inscription : 11/11/2008

MessageSujet: Suite 52   Lun 23 Nov 2009, 17:08


La chasse aux lièvres

Le Pilier de Saint-Landry, actuellement en cours de restauration au Centre de Recherche et de Restauration des musées de France, ne fut pas la seule sculpture mise au jour lors de la démolition de l'église Saint-Landry, en 1829 sur l'Île-de-la-Cité. De l'ensemble de cette découverte, deux autres oeuvres antiques sont aujourd'hui conservées dans le frigidarium des thermes de Cluny : le Relief aux captifs et la Chasse aux lièvres. L'ensemble des sculptures gallo-romaines de Saint-Landry fut en effet acquis par A. Du Sommerard en avril 1840 ; seules oeuvres antiques de sa collection, elles méritent à ce titre notre attention.
L'église Saint-Landry, située au nord de l'île, à l'emplacement de l'actuel Hôtel-Dieu, fut déclarée Bien national en 1790 et vendue comme tel en 1792. Transformée par ses premiers acquéreurs en atelier de teinturerie puis en menuiserie, elle devint en août 1827 la propriété d'A. C. Richard. Ce dernier décida d'y ériger une demeure et entreprit donc la destruction de l'église en juin 1829... la maçonnerie contenait plusieurs pierres ornées de bas-reliefs. Ce mur de pierres sèches se révéla être une section du rempart qui, au Bas-Empire, ceinturait l'Île-de-la-Cité... Si l'attention se concentra essentiellement sur le Pilier de Saint-Landry, que l'on désignait alors comme autels votifs, la Chasse aux lièvres fut gratifiée du titre, quelque peu usurpé, de relief allégorique... Cette frise de calcaire, aujourd'hui composée de trois blocs, se lit de manière continue de droite à gauche ; aussi est-il probable que nous soit parvenu l'ensemble de la scène. A droite, trois chiens excités par un amour bondissent à la poursuite de deux lièvres...Si le thème de la chasse est fréquemment repris dans la littérature et l'art gréco-romains, une mosaïque, datée du VIe siècle de notre ère, découverte à Kélibia en Tunisie et conservée au musée d'el-Djem explicite le thème de notre relief...des amours représentés sur notre frise incarne-t-il un protagoniste précis de la chasse aux lièvres : à droite, le rabatteur, le doigt levé, comme nos chasseurs tunisiens, puis le garde-filet et les valets de chien...; l'artiste a représenté la chasse aux lièvres traditionnelle, telle qu'elle était pratiquée en Grèce et dont Xénophon s'est fait le rapporteur. Il s'agit d'une chasse pratiquée à pied à l'aide de filets et d'une meute de chiens. Aussi ces derniers y tiennent-il un rôle prépondérant. Xénophon, lui-même, leur consacre plusieurs pages, non exemptes d'émotion. Le chien grec est un gardien et un chasseur ; ainsi décrit-on au chant XVII de l'Odyssée, le compagnon malheureux d'Ulysse : “Les jeunes hommes l'avaient autrefois conduit à la chasse des chèvres sauvages, des cerfs et des lièvres ; et, maintenant, en l'absence de son maître, il gisait, délaissé...
Il nous semble vraisemblable que ce ne sont point des lévriers gaulois qui sont ici figurés. Le thème de la chasse aux lièvres apparaît fréquemment dans le répertoire iconographique romain, et notamment dans les bas-reliefs de la fin du IIe siècle et du IIIe...


Dernière édition par Robert Hautlecoeur le Lun 23 Nov 2009, 18:45, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Robert Hautlecoeur
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin
Taureau Singe
Nombre de messages : 4824
Age : 73
Localisation : Paris
Date d'inscription : 11/11/2008

MessageSujet: Suite 53   Lun 23 Nov 2009, 18:06

Chasse au lièvre de Johann Conrad Gessner


Dernière édition par Robert Hautlecoeur le Lun 19 Avr 2010, 17:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Robert Hautlecoeur
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin
Taureau Singe
Nombre de messages : 4824
Age : 73
Localisation : Paris
Date d'inscription : 11/11/2008

MessageSujet: Suite 54   Lun 23 Nov 2009, 20:12

Rares cartes-photo de vénerie du lièvre




Extrait du livre : "Nos CHASSES TRADITIONNELLES"








Extrait du livre : "La chasse à courre au travers de la carte postale"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: LE MUSEE EN LIGNE DE LA VENERIE DU LIEVRE (Chasse à force)   Lun 23 Nov 2009, 21:26

Encore bravo pour ce post. Cela doit vous prendre des heures à trouver tout çà.
Merci encore
Revenir en haut Aller en bas
Robert Hautlecoeur
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin
Taureau Singe
Nombre de messages : 4824
Age : 73
Localisation : Paris
Date d'inscription : 11/11/2008

MessageSujet: Re: LE MUSEE EN LIGNE DE LA VENERIE DU LIEVRE (Chasse à force)   Lun 23 Nov 2009, 21:28

oscarlima45 a écrit:
Encore bravo pour ce post. Cela doit vous prendre des heures à trouver tout çà.
Merci encore

Que voulez-vous : c'est la passion du "Tout ou Rien"


Dernière édition par Robert Hautlecoeur le Mar 24 Nov 2009, 00:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Robert Hautlecoeur
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin
Taureau Singe
Nombre de messages : 4824
Age : 73
Localisation : Paris
Date d'inscription : 11/11/2008

MessageSujet: Suite 55   Lun 23 Nov 2009, 22:04



EXTRAITS CHOISIS DE L'OUVRAGE :
(à titre de recension)



Dessin de John Louis Brown (Relance du lièvre - Chasse aux chiens courants dans la Beauce)



Boutons d'équipage de vénerie de lièvre



Gravure du XIX° siècle (Chenil d'un petit équipage de lièvre)





Les races de chiens sélectionnées pour la pratique de la vènerie du lièvre



Gravure du XVI° siècle ("La Vénerie" de Jacques du Fouilloux)




Bat l'eau de lièvre ("La Vénerie" de du Fouilloux)




Gravure du XVII°siècle





Gravure du XVII°siècle (Europe centrale)



Gravure de Couché (Ecole française du XVII°siècle)



jacques Fouquières (peinture française du XVII°siècle)



Gravure anglaise du XVII°siècle ("The Hounds at fault")



D'après une peinture anglaise du XiX° siècle de J. Harris : "The Merry Beagles"



Gravure anglaise du XIX°siècle de C.D. Giles : "A critical moment"





Tableau anglais du XIX°siècle de P. Biegal : "Le change"



Carl Reille : "Hourvari"



Carl Reille : "Le Rallye Vielsam"



Aquarelle de Jehan de Conny



Huile de Nicolas Moreau (XIX°siècle) : "La prise"
Revenir en haut Aller en bas
LPB
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin
Capricorne Tigre
Nombre de messages : 5479
Age : 54
Localisation : Région Centre
Date d'inscription : 26/05/2009

MessageSujet: Re: LE MUSEE EN LIGNE DE LA VENERIE DU LIEVRE (Chasse à force)   Mar 24 Nov 2009, 11:39

D'accord avec Oscarlima ! C'est un travail colossal ...
Revenir en haut Aller en bas
Robert Hautlecoeur
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin
Taureau Singe
Nombre de messages : 4824
Age : 73
Localisation : Paris
Date d'inscription : 11/11/2008

MessageSujet: s   Mar 24 Nov 2009, 12:24

la ptite bete a écrit:
D'accord avec Oscarlima ! C'est un travail colossal ...

En réalité tout ceci n'est qu'une réaction contre la découverte de la "bêtise et de la méchanceté" ambiantes (toutes proportions gardées) vis à vis de cette pratique de la chasse à force au lièvre, composante d'un art de vivre bien indo-européen :

1) des citoyens de plus en plus urbanisés, complètement fermés à ce type de relation et de contact avec la nature (j'ai eu un "boss" qui était obsédé, après en avoir fait le calcul, par le coût du lièvre pris (un animal que l'on ne mangeait même pas) !,
2) des "grands veneurs" traitant avec un discret mépris cette "petite vènerie" (alors que ce type de chasse à force est la plus fine de toutes et que l'on pourrait même aller jusqu"à dire que ce serait la "mère" de toutes les vèneries !),
3) des antiquaires (et autres experts de "tous poils") présentant une ignorance crasse eu égard les traitements littéraires et artistiques qui ont honoré cette forme de chasse à courre... et qui font toujours les sourds et les aveugles pour un "marché" qu'ils considèrent comme liliputien, si ce n'est microscopique,
4) des responsables d'organismes, ayant un lien total ou partiel avec la chasse, n'ayant que peu de considération et ne marquant que peu d'intérêt pour un type de chasse peu onéreuse, donc peu fastueuse (que pèsent les 200 équipages de vènerie à pied face aux "lobbies" des chasseurs de grands fauves* ou autres amateurs de "chaudrons" ?

Bien à vous

*Ce que je n'aime pas : http://video.google.com/videoplay?docid=-3998680286194411078#docid=1107123749511871726
Revenir en haut Aller en bas
Robert Hautlecoeur
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin
Taureau Singe
Nombre de messages : 4824
Age : 73
Localisation : Paris
Date d'inscription : 11/11/2008

MessageSujet: Suite 56   Mer 25 Nov 2009, 00:26

Hermaphrodite et le lièvre


Eros et le lièvre (V°siècle av. J.C.)



IV°siècle av. J.C.)




Boite à parfums (VII°siècle av. J-C)

CHIENS POURSUIVANT UN LIEVRE


Olpe polychrome
Revenir en haut Aller en bas
Robert Hautlecoeur
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin
Taureau Singe
Nombre de messages : 4824
Age : 73
Localisation : Paris
Date d'inscription : 11/11/2008

MessageSujet: Suite 56   Mer 25 Nov 2009, 15:48

INFORMATIONS SAVANTES




  1. Les jeux olympiques de la chasse française attribuent, en 2004, au lièvre la médaille d'or, au pigeon la médaille d'argent et au sanglier la médaille de bronze. ...
  2. GRANDEUR ET SERVITUDE DE LA PEDERASTIE PAR Roger Peyrefitte

    Le terme, à la fois classique et moderne, pour désigner cette, recherche éperdue de plaisirs fugitifs, est « la chasse ». « Il y a des règles pour la chasse aux amis, comme il v a des règles pour chasser le lièvre », dit Socrate dans un autre ouvrage de Xénophon. Charmante équivoque, puisque le lièvre aux longues oreilles était l'emblème érotique des garçons, figuré sur les vases grecs. Si cette chasse-là n'est pas sans péril dans notre civilisation, la chasse au renard, au sanglier ou au chacal, présente des dangers d'une autre sorte.

  3. Marie Boisson

    Bronze
    Andreas Gruber (né en 1954 à Wels) obtint pour La chasse au lièvre (Hasenjagd) en 1994 le grand prix du jury du festival de San Sebastian
    4 . Les Lutéciens dînent-ils allongés sur des lits, gobant des grains de raisin arrosées de vin? Pas tous, loin de là! Mais l’élite de la ville tente bien d’imiter la mode romaine, chasse le lièvre et le chevreuil, mange sur des tricliniums dans de la vaisselle luxueuse et consomme allègrement le caviar de l’époque: le poivre!
    Eve Roger
    5 .P. Méniel a montré que le produit de la chasse ne représentait que 6% de la viande consommée par nos ancêtres ; de plus, ce n’est pas le sanglier qui avait les faveurs des chasseurs gaulois, mais le lièvre et secondairement le cerf.




    Flanagan




    6. D'après Colette Verlinden on peut constater que, lors de la période héllénistique, les dagues, épées et pointes de lance étaient généralement décorées de scènes de chasse ou d'animaux poursuivis, tels que des lièvres, des cervidés, des sangliers ou des lions (ainsi à Lassiki: une chasse au sanglier, à Mycènes : des lions et des cerfs courant et à Mataxas : un lièvre galopant).


Dernière édition par Robert Hautlecoeur le Jeu 26 Nov 2009, 00:30, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Robert Hautlecoeur
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin
Taureau Singe
Nombre de messages : 4824
Age : 73
Localisation : Paris
Date d'inscription : 11/11/2008

MessageSujet: Suite 57   Mer 25 Nov 2009, 16:44

Peinture de Dean Wolstenholme : Chasse à cheval du lièvre

Photographie : Chasse à pied du lièvre


Dernière édition par Robert Hautlecoeur le Lun 19 Avr 2010, 17:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Robert Hautlecoeur
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin
Taureau Singe
Nombre de messages : 4824
Age : 73
Localisation : Paris
Date d'inscription : 11/11/2008

MessageSujet: Suite 57   Mer 25 Nov 2009, 18:25


BIJOUX ET AUTRES OBJETS



Broche




Boutons de manchette



Pots à tabac

Porte-couteaux
Etain Chaudon


Dernière édition par Robert Hautlecoeur le Mer 25 Nov 2009, 19:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Robert Hautlecoeur
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin
Taureau Singe
Nombre de messages : 4824
Age : 73
Localisation : Paris
Date d'inscription : 11/11/2008

MessageSujet: Suite 58   Mer 25 Nov 2009, 19:40

Divers objets



Bronzes
Revenir en haut Aller en bas
Robert Hautlecoeur
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin
Taureau Singe
Nombre de messages : 4824
Age : 73
Localisation : Paris
Date d'inscription : 11/11/2008

MessageSujet: Suite 59   Mer 25 Nov 2009, 19:49


Flanagan



Bronze de Pierre-Jules Mene
Revenir en haut Aller en bas
Robert Hautlecoeur
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin
Taureau Singe
Nombre de messages : 4824
Age : 73
Localisation : Paris
Date d'inscription : 11/11/2008

MessageSujet: Suite 59   Mer 25 Nov 2009, 20:27

Revenir en haut Aller en bas
Robert Hautlecoeur
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin
Taureau Singe
Nombre de messages : 4824
Age : 73
Localisation : Paris
Date d'inscription : 11/11/2008

MessageSujet: Suite 60   Jeu 26 Nov 2009, 00:51

LES TEXTES ANCIENS


Xénophon




...



[2] Kαὶ ἐὰν ὦσι τοιαῦται αἱ κύνες, ἔσονται ἰσχυραὶ τὰ εἴδη, ἐλαφραί, σύμμετροι, ποδώκεις, καὶ ἀπὸ τῶν προσώπων φαιδραὶ καὶ εὔστομοι. [3] Ἰχνευέτωσαν δὲ ἐκ τῶν τριμμῶν ταχὺ ἀπαλλαττόμεναι, τιθεῖσαι τὰς κεφαλὰς ἑπὶ γῆν λεχρίας, ἐμμειδιῶσαι μὲν πρὸς τὰ ἴχνη, ἐπικαταβάλλουσαι δὲ τὰ ὦτα· καὶ τὰ μὲν ὄμματα πυκνὰ διακινοῦσαι, ταῖς δὲ οὐραῖς διασαίνουσαι κύκλους πολλοὺς <ποιούμεναι> πρὸς τὰς εὐνὰς προΐτωσαν ὁμοῦ διὰ τοῦ ἴχνους ἅπασαι.

[4] Ὅταν δὲ περὶ αὐτὸν ὦσι τὸν λαγῶ, δῆλον ποιείτωσαν τῷ κυνηγέτῃ θᾶττον φοιτῶσαι, μᾶλλον γνωρίζουσαι ἀπὸ τοῦ θυμοῦ, ἀπὸ τῆς κεφαλῆς, ἀπὸ τῶν ὀμμάτων, ἀπὸ τῆς μεταλλάξεως τῶν σχημάτων καὶ ἀπὸ τῶν ἀναβλεμμάτων καὶ ἐμβλεμμάτων εἰς τὴν ὕλην καὶ ἀναστρεμμάτων τῶν ἐπὶ τὰς καθέδρας τοῦ λαγῶ, καὶ ἀπὸ τῶν εἰς τὸ πρόσθεν καὶ ὄπισθεν καὶ εἰς τὸ πλάγιον διαρριμμάτων, καὶ ἀπὸ τοῦ ἀληθῶς ἤδη αἰωρεῖσθαι τὴν ψυχὴν καὶ ὑπερχαίρειν ὅτι τοῦ λαγῶ ἐγγύς εἰσι. [5] Διωκέτωσαν δὲ ἐρρωμένως καὶ μὴ ἐπανιεῖσαι σὺν πολλῇ κλαγγῇ καὶ ὑλαγμῷ, συνεκπερῶσαι μετὰ τοῦ λαγῶ πάντῃ. Μεταθείτωσαν δὲ ταχὺ καὶ λαμπρῶς, πυκνὰ μεταφερόμεναι καὶ ἐπανακλαγγάνουσαι δικαίως· πρὸς δὲ τὸν κυνηγέτην μὴ ἐπανίτωσαν λιποῦσαι τὰ ἴχνη...

Du bon chien de chasse,
...
[2] Des chiens avec cet extérieur seront vigoureux, légers, bien faits, vites, d’un air gai, gueulant bien la bête. [3] Quand ils quêtent, ils doivent quitter promptement les battues ; le nez à ras de terre, riant sur la trace, l’oreille basse, tournant vivement les yeux, remuant la queue, prenant de grands cernes, pour arriver tous ensemble, par les erres, au fort du gibier.
[4] Dès qu’ils seront autour du lièvre même, ils en avertiront le chasseur, en courant avec plus de vitesse, en manifestant leur ardeur par les mouvements de leur tête, de leurs yeux, les changements d’attitude, leurs regards jetés au-dessus ou au dessous du gîte, leurs bonds en avant, en arrière, de côté, l’exaltation de leur esprit, et leur transports d’être près du lièvre. [5] Qu’ils poursuivent vigoureusement, sans rompre, avec force aboiements et hurlements, franchissant tout après le lièvre : qu’ils le serrent d’une prompte et brillante menée, le suivant dans le change, et n’aboyant qu’à propos ; qu’ils ne reviennent jamais vers le chasseur, en abandonnant la trace...
(à suivre)



[6] Μετὰ δὲ τοῦ εἴδους καὶ τοῦ ἔργου τούτου εὔψυχοι ἔστωσαν καὶ εὔρινες καὶ εὔποδες καὶ εὔτριχες. Εὔψυχοι μὲν οὖν ἔσονται, ἐὰν μὴ λείπωσι τὰ κυνηγέσια ὅταν ᾖ πνίγη· εὔρινες δέ, ἐὰν τοῦ λαγῶ ὀσφραίνωνται ἐν τόποις ψιλοῖς, ξηροῖς, προσηλίοις τοῦ ἄστρου ἐπιόντος· εὔποδες δέ, ἐὰν τῇ αὐτῇ ὥραι μὴ καταρρηγνύωνται αὐτῶν οἱ πόδες τὰ ὄρη θεουσῶν· εὔτριχες δέ, ἐὰν ἔχωσι λεπτὴν καὶ πυκνὴν καὶ μαλακὴν τὴν τρίχα.

[7] Τὰ δὲ χρώματα οὐ χρὴ εἶναι τῶν κυνῶν οὔτε πυρρὰ οὔτε μέλανα οὔτε λευκὰ παντελῶς· ἔστι γὰρ οὐ γενναῖον τοῦτο, ἀλλ<ὰ τὸ> ἁπλοῦν καὶ θηριῶδες. [8] Αἱ μὲν οὖν πυρραὶ ἔχουσαι ἔστωσαν λευκὴν τρίχα ἐπανθοῦσαν περὶ τὰ μέτωπα καὶ αἱ μέλαιναι, αἱ δὲ λευκαὶ πυρράν· ἐπὶ δὲ ταῖς μηριαίαις ἄκραις τρίχας ὀρθάς, βαθείας, καὶ ἐπὶ ταῖς ὀσφύσι καὶ ταῖς οὐραῖς κάτω, ἄνωθεν δὲ μετρίας.

[9] Ἄγειν δὲ ἄμεινον τὰς κύνας <εἰς> τὰ ὄρη πολλάκις, τὰ δὲ ἔργα ἧττον· τὰ μὲν γὰρ ὄρη οἷόν τ᾽ ἐστὶ καὶ ἰχνεύειν καὶ μεταθεῖν καθαρῶς, τὰ δὲ ἔργα οὐδέτερα διὰ τοὺς τριμμούς. [10] Ἔστι δὲ καὶ ἄνευ τοῦ εὑρίσκειν τὸν λαγῶ ἀγαθὸν ἄγειν τὰς κύνας <εἰς> τὰ τραχέα· καὶ γὰρ εὔποδες γίγνονται καὶ τὰ σώματα διαπονοῦσαι ἐν τόποις τοιούτοις ὠφελοῦνται. [11] Ἀγέσθωσαν δὲ θέρους μὲν μέχρι μεσημβρίας, χειμῶνος δὲ δι᾽ ἡμέρας, μετοπώρου δ᾽ ἔξω μεσημβρίας, ἐντὸς δὲ ἑσπέρας τὸ ἔαρ. Ταῦτα γὰρ μέτρια.

[6] Outre ces qualités de complexion et d’entreprise, qu’ils aient du cœur, des jambes, du nez, un beau poil. Ils auront du cœur, s’ils ne reviennent point quand le temps se porte chaud ; du nez, s’ils éventent le lièvre dans des terrains nus, secs, exposés au soleil, cet astre d’aplomb ; des jambes, si elles ne se fendent point sous le midi en gravissant les montées ; beau poil, s’il est fin, épais, soyeux.

[7] Pour la couleur, ils ne doivent être tout à fait ni roux, ni noirs, ni blancs : autrement ils ne seraient point de bonne lignée, mais vulgaires et sauvages. [8] Que les roux aient donc des poils blancs qui fleurissent aux environs du front, les noirs également, et les blancs, des poils roux : au haut des cuisses du poil noir, épais, de même qu’aux reins et à la queue vers le bas, mais plus courts vers le haut (07).
[9] Mieux vaut mener les chiens dans les cantons montueux que sur les terres labourées : vu qu’il est facile de quêter sur les terrains montants et d’y courir sans obstacle, ce qui est impossible sur les terres labourées, à cause des sillons. [10] l est bon aussi de mener les chiens dans des endroits âpres et sans lièvre : c’est un moyen de leur faire le pied, et ils y gagnent en s’y trempant le corps par la fatigue. [11] En été, on fait courir les chiens jusqu’à midi ; en hiver, dans la journée ; en automne, l’après-midi ; au printemps, vers le soir : ce sont là, en effet, les heures de température




Dernière édition par Robert Hautlecoeur le Lun 30 Nov 2009, 21:49, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: LE MUSEE EN LIGNE DE LA VENERIE DU LIEVRE (Chasse à force)   Jeu 26 Nov 2009, 11:01

Mais vous trouvez tout cela où ? Dans vos collections personnelles ? Félicitations. study
Revenir en haut Aller en bas
Robert Hautlecoeur
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin
Taureau Singe
Nombre de messages : 4824
Age : 73
Localisation : Paris
Date d'inscription : 11/11/2008

MessageSujet: Re: LE MUSEE EN LIGNE DE LA VENERIE DU LIEVRE (Chasse à force)   Jeu 26 Nov 2009, 13:40

oscarlima45 a écrit:
Mais vous trouvez tout cela où ? Dans vos collections personnelles ? Félicitations. study

Depuis 40 ans que je cherche, et que j'enrage face aux incultes qui veulent éradiquer les racines de notre civilisation et de notre art de vivre (on en est même aujourd'hui réduit à se poser la question de notre identité ! Tout cela est cauchemardesque...), j'ai bien fini par trouver ce que je pressentais à savoir : la chasse à force au lièvre est bien antérieure aux pompes de la GRANDE vènerie ( désolé mais aujourd'hui je suis comme Perse !)

Un bémol : je soutiens à fond la vènerie, ne demandant qu'une seule chose à ses adeptes c'est qu'ils reconnaissent que celle-ci se situe dans la mouvance plus vaste de la 'Chasse à force' et qu'elle ne constitue qu'une seule et même famille, en cessant de distinguer 'petite' et 'grande' vènerie.
Revenir en haut Aller en bas
Fouquet's 37

avatar

Masculin
Vierge Chien
Nombre de messages : 286
Age : 71
Localisation : TOURAINE
Date d'inscription : 15/01/2009

MessageSujet: Re: LE MUSEE EN LIGNE DE LA VENERIE DU LIEVRE (Chasse à force)   Jeu 03 Déc 2009, 17:03

J'ai une tendance marquée pour remercier Robert Hautlecoeur de nous faire partager des pans de sa culture et de sa bibliothèque.
J'aurais également une tendance assez affirmée pour faire chorus avec le bémol. (mais c'est un autre débat dans les arts ou dans les airs !!!)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LE MUSEE EN LIGNE DE LA VENERIE DU LIEVRE (Chasse à force)   

Revenir en haut Aller en bas
 
LE MUSEE EN LIGNE DE LA VENERIE DU LIEVRE (Chasse à force)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 12Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 10, 11, 12  Suivant
 Sujets similaires
-
» LE MUSEE EN LIGNE DE LA VENERIE DU LIEVRE (Chasse à force)
» à imiter ????
» guide de l'automédication en ligne (Vidal)
» Liste des animaleries en ligne.
» L'intégralité de la thèse de JF Courreau enfin en ligne!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum de l'A.V.A.N.T. :: LES ARTS :: Peinture, dessins et sculptures-
Sauter vers: